To content | To menu | To search

Tag - usure

Entries feed

Ca vient de tomber : le slash dans l'écriture classique « humain/non-humain » n'est plus. Mais pourquoi fallait-il encore l'attendre ?

Il y a tout juste six ans, c'était Paul Crutzen et ses collègues nous annonçaient la levée de la frontière séparant nature et culture :

"The Anthropocene represents a new phase in the history of both humankind and of the Earth, when natural forces and human forces became intertwined, so that the fate of one determines the fate of the other. Geologically, this is a remarkable episode in the history of this planet."

Bien sûr, nombre d'auteurs en avaient déjà parlé et parmi eux Philippe Descola. On aurait pu croire qu'après Par-delà nature et culture, nous aurions trouvé les arguments qui dévalueraient définitivement ce gabarit classique, sans avoir besoin d'attendre la voie de la science « dure » pour enfin se mettre au travail et reconnaître la cruelle transition de phase que la levée de cette limite théorique allait intimer au système Terre et, par conséquent, à nous humains.

Tout se passe comme si le fait d'avoir construit des limites théoriques radicales (avec les dualismes), nous faisait maintenant buter sur des limites tout aussi radicales mais cette fois-ci bel et bien physiques et dénommées « limites planétaires » !

Et tandis que certains encaissent encore le choc, voilà qu'un second pilier de notre intellection occidentale vient de tomber : j'ai nommé le dualisme humain/non-humain.

Continue reading...

Object/Subject, what/who is there to laugh at though ?

vfd

Where does wealth really come from ? in « Peak Metals, Minerals, Energy, Wealth, Food and Population; Urgent Policy Considerations for A Sustainable Society », see the Converge Project

I wish to start my first entry in English with the synthetic diagram above. I also wish to give it the following caption :

"(…) A new historical situation : the others are no longer outside; non-humans have to be brought back in the description in a more active capacity. Both of those features, naturally, mark the disappearance of older notions of nature and of its counterpart, namely culture ; disappearance, that is itself due to the fact that everybody — ethnographers as well as former informants — are pulled deeper and deeper into the same ecological maelstrom."[1]

With such a point of departure, can we really afford to hold onto the current decaying ontological grounds ? Grounds we have - by the way - sealed and paved ourselves ? Is there only one manner to continue to sustain the illusion ?

Yesterday as I was reading the above-mentioned report, I felt disenchanted beyond disenchantment. Facing the challenges the authors point in such a short period of time, there is so little I can contribute to that I spent the whole day wondering if my writing, research, commitment were worth anything. Yes it is one of those reports with alarming statements grounded on - apparently - serious considerations and calculations. Although I cannot double-check the data, I have the feeling that today there is a myriad of discourses that converge and in fact, as we approach the many deadlines, they converge at a very rapid rate to a point of non-return (i.e. the numerous peaks highlighted in the report), from where it will become extremely difficult (costly, painstakingly, etc…) to adapt.

What an uncomfortable situation. Who am I to express these thoughts when I cannot detach from that madness ? The aluminium laptop I am using to write these lines, together with the servers and the electricity that carry the information to the many nodes back and forth, isn't it part of the problem ? Can I make it part of the solution though ? But what distinguishes a problem and a solution in such a case ? Is there now something/someone to be named "solution" and "problem" in the wake of a new geological age, namely the Anthropocene ? Awkward yet legitimate, you may ask me why such metaphysical questions ? A problem is a problem that we solve with solutions we call solutions. End of the story. Here is my second thought. The solutions we propose as a response to a problem will have induced a feedback in a revised - and empirical - entropy principle. As we add a little more disorder to the whole system by elaborating solutions (some new thought, creative thinking in a way) to a given problem, we add complexity to the initial situation. I am myself adding noise with that entry. Economists have a rather clear taxonomy : these are externalities. Later on, arising problems will have to be comprehended in a hair more complex context. In short, clarifying the complex necessarily adds complexity. But today complexity itself behaves in such ways that we soon need another clarification (i.e. solving), etc… Unfathomable. That's what seems to characterize our stochastic world[2].

Here I do share the views the authors express in the report : this is a "causal loop"[3] where cause and effect are swapped, in fact there exists plenty of ways to get to one end or the other. Traditionally the former is in first position while the latter occupies the last one, somehow standing in an eternal integrity. Today an effect has a subsequent cause, every move we make toward a solution takes us closer to another problem (i.e. not to the initial problem), as we use technology to play it down. An echo to Michel Serres' :

"The slightest movement of any one on the planet has immediate effects on all the others, whose reactions act unhindered on the first."[4]

But technology has its own fall-outs, the little intricacies we stumble into after a period of time. They are dealt with another "cutting-edge" technology or technique, etc… This is an endless journey into the catchment of a funnel to its narrow stem, then from the narrow stem of a new one to a second open mouth, etc… With varying scopes, heights and widths, in a succession of tipping points but with no edge that cuts the story short at all. At the age of the Anthropocene, I wonder whether this solving technique is to maintain the illusion of reaching the core of something somewhere[5] or are we again being lured into technology's power. Seriously. Does this helps ? Remember ? "(…) Natural forces and human forces became intertwined, so that the fate of one determines the fate of the other (…)"[6] That's what we are in and funny enough, this time there's no outside as Latour states in the opening quote...

On a different level of discussion, I have a somewhat naive exemple. I came across a biker in the meandering streets of downtown Brussels, as I was walking to a supermarket to get a kilo of fresh flour (I do bake my own bread every two days). He had a poster on his bike "BURN FAT NOT OIL" capital letters (equivalent to a big shout in the Internet realm). Let's play the problem/solution game here. So the problem is obviously the OIL we BURN (I follow his fashion with the capital letters) to get to different locations. The solution is to burn FAT cycling so that we BURN less OIL. Case closed. Really ? So let's assume this man BURNs FAT riding his bike on a daily basis hopefully, even to the outermost parts of Brussels, the - very- hilly ones and with a cold, rainy, windy weather all included, no exception, inhaling the PM2.5 particles emitted by "modern" diesel engines in the combustion (i.e. the BURNing) of OIL. Sounds good, hum doesn't it ? Apart from cancer this man risks, he (and we) tend(s) to forget that for him to BURN his FAT, he needed to eat food to get FAT, the FAT in the food he absorbed and now disgracefully permeate his body, the food itself required plenty of energy to be produced, packed, shipped and often wasted. Moreover, his bike was designed in one country, assembled in another then finally shipped to his home nicely packed (sometimes damaged to a certain degree due to the inflexible shipping procedures of the no-delay-world and therefore shipped back with an angry note for reimbursement). At the end of the day, he needed to BURN a lot of OIL to display this SILENCE SHOUT as he passes through the city BURNing FAT on his bicycle. Also he doesn't have a clue where to throw the bike away once he will have BURNt enough FAT with it because, driving a car which BURNs OIL is, after all, much more comfortable. In such a network of causes and consequences, sliding through remote and local places, cycling ceases to be a stand-alone solution with its sustained integrity and own somewhat secluded value of truth to tackle greenhouse gas emissions. It certainly contribute to emit less greenhouse gases (I am myself a daily committed biker) but doesn't end like a breeze without creating plenty of other effects which, in turn, other men and women may want to tackle riding a bike to BURN FAT NOT OIL.

In French I have substantiated the zone where classical ontologies fail to be embraced as "entre", for a which an accurate translation is the simple "between". Though to transform the word into a concept, we could rely on : the "in-between", the "amidst", the "intermediate". But the list may well expend as I dig words up in the dictionary, the propositions aren't so convincing. Here the inspiration comes from sinologist and philosopher François Jullien who have been relentlessly trying to invent new concepts (derived from the Chinese thought), in order to think about processes and interstates (mental roads here). According to Jullien, there is no correct grammar to describe and therefore grasp the "continuation-modification" (what a great illustration of a neologism made of two contradicting words) in spatial and temporal terms.

As of today I think of landscape as such an interstate but it is too vague to coalesce the mixing of physical and phenomenological dimensions that the notion needs. And so today with the critical zone (CZ), I can pursue the research on firm grounds. From now I wish to apply the notion of CZ to the landscape, the landscape thought as a CZ in two major ways : the zone between the aging statuses of subject/object, nature/culture, ... And, not the least, a zone for a critical inquiry, a zone for a critique of these old positions therefore allowing to glide between, to make a movement happen between these two positions. In fact we shouldn't just say "we have found the in-between, there we are neither subject nor object, neither natural nor cultural, neither human nor non-human" and stay idle right on such a spot. The whole point here is to harness new streams of thought and practice, both convergent and divergent, to assemble a coherent philosophy of landscape. This is what I wish to undertake today onwards.

Notes

[1] Bruno Latour, « On selves, forms, and forces" (review of Eduardo Kohn's book How forest think) in Hau: Journal of Ethnographic Theory 4 (2), p.1–6, 2014. Full article here. Accessed November the 11th, 2014.

[2] That's a personal view : we have to come a stochastic world after going across a static and dynamic world. Here I wish to strengthen the assertion with proper historical research.

[3] Harald Ulrik Sverdrup, Deniz Koca and Kristín Vala Ragnarsdóttir, "Peak Metals, Minerals, Energy, Wealth, Food and Population; Urgent Policy Considerations for A Sustainable Society", full article here, accessed Nov. 11th 2014.

[4] Michel Serres, The Natural Contract (Translated by E. Macarthur and W. Paulson), The University of Michigan Press, 1995. p. 108-109.

[5] French philosopher Dominique Quesssada put in 2013 that there's no inside to excavate for a very simple reason : as you break in the "inside", you are creating some "outside" right away. So simple. With the light we shed on the inner structure, now open for us to see, the characteristics are made available to the outsider for subsequent study and description. See L'Inséparé. Essai sur un monde sans Autre, 2013.

[6] Paul Crutzen, Will Steffen, Mark Williams, Jan Zalasiewicz, "The New World of the Anthropocene", Environmental Science and Technology, Vol. 44, n°7, 2010, p. 2231.

Usure, excès d'usages et bénéfices de l'art & La chaleur de l'usure

A l'approche du vernissage de l'exposition collective La chaleur de l'usure en marge du colloque international Usure, excès d'usage et bénéfice de l'art, je me dois de vous rappeler la date du vernissage, ce que j'ai bien tardé à faire faisant face à des débordements de toute sorte.

Usure2_Bxl_Colloque-1.jpg

C'est ce jeudi 6 novembre à 19h à De Markten. Métro De Brouckère ou Tram Beurs. Plus d'informations dans le document ci-joint. Je partagerai l'espace avec l'artiste Mekhitar Garabedian. En espérant vous y croiser !

Le programme complet de l'événement ci-dessous.

Usure, excès d'usage et bénéfice de l'art

Question de subtilité. L'importance de l' « entre » (ie. du non-ontologique) aujourd'hui


« (…) Le paysage est à la fois apparaissant-disparaissant, approchant-remportant, s’imposant et s’échappant. Sans donc que s’y laisse focaliser de la « présence », sans que s’y laisse isoler de l’ « essence », ousia : nulle assignation qui puisse immobiliser - donc nulle ontologie possible. »[1]

De retour d'un colloque à Marseille, je ne peux m'empêcher de partager ces quelques pensées. Chose que je fis sans pudeur dès la deuxième journée, au cours d'une séance de questions.

Tous les chercheurs de ma génération qui sont intervenus pendant ces trois jours, où nous tentions de repenser la place de la théorie, ont - dans leurs domaines respectifs - mis en avant un manque à dire. Ils tentaient unanimement d'exprimer une subtilité, une précision, un entre-deux, une syntaxe, etc… que nos gabarits de pensée encore en vigueur ne pouvaient absorber. D'une présentation à l'autre, il fallait constater cette même motivation à refondre le langage du penser pouvant rester fidèle à la complexité du être, du faire, des faits (participe passé de faire et « situation telle qu'elle survient », TLFi) donc d'une certaine pratique. Ici je dois bien reconnaître mon goût pour les écrits de Bruno Latour. J'ose même avancer que je suis Latourien.

Ses écrits ont profondément marqué mes recherches car ils corroborent ce que je fis et vis alors en Licence de Mathématiques pures. Il nomme ce que je ne peux qu'admettre : la science n'est pas faite que de science. En somme, c'est parce qu'il y a une multitude de hiatus objectivement dissemblants au cours de la constitution d'une connaissance que, l'objectivité, ce graal, est créée. De même qu'il ne pourrait y avoir de « pure transport » (voir mon précédent article et Tim Ingold), il ne peut y avoir de « transport de pure nécessité » entre celui ou celle qui veut savoir et ce qui doit être compris. La pratique impose un certain nombre de conditions, qui marquent la théorie à l'instar du marcheur qui prend appui solidement sur une surface dont les propriétés sont lues, comprises puis acquises, en enjambées progressives.

Or au cours d'une intervention, il fallait faire avec les passages entre le monde fictionnel du texte littéraire et la réalité. Comment substantiver ce passage, hors, on s'en doute, des gabarits usuels de fiction et de réalité ? C'est Giuseppe Lovito qui tentait de démêler ces fils pour n'en garder qu'un seul, celui qui - selon moi - nous mène à un livre et à parcourir son espace singulier, transformés par la béance de l'incongruité et, confirmés dans ce que nous sommes par l'infinie clarté d'une suite de mots, aux confins de la diégèse. En tout étant de cause, ce qui se joue dans l'espace du texte ne saurait être contredit, à moins de réécrire le livre pour reprendre les mots de Giuseppe. On touche là une réalité tout aussi « concrète » qu'une autre. L'essentiel étant peut-être ce qui passe au cours de sautes proprement bouleversantes, au commencement et à la fin de la traversée, dans la contiguïté vertigineuse entre ce que nous avons pour coutume d'appeler fiction et réalité. Pour le reste de notre vie, quelques phrases de cristal auront infléchi certaines fulgurances de notre pensée ; d'autres gagneront en relief et en densité.

Mais je peine encore à le dire. Le chantier est immense. C'est dans les innombrables intermédiaires que se trouvent ces subtilités. Petit problème de méthodologie, notre nuancier bibliographique manque d'ouvrages pour parcourir le dégradé entre deux déterminations classiques. Il faudra l'admettre et poursuivre tous nos travaux qui tentent d'investir cet entre. Nous en serions forcés, ne vivons-nous pas dans un monde d'interfaces ? On me retorquera que d'innombrables travaux dans une ribambelle de disciplines ont œuvré depuis quasiment un siècle à comprendre les passages, les circulations, les renvois entre déterminations. A commencer par la philosophie, c'est toute l'entreprise de la phénoménologie par exemple, que de considérer notre expérience du monde en terme d'entrelacements et non plus de distanciation d'avec lui. Or, en ce qui concerne le paysage, il ne faut jamais avoir parcouru la littérature contemporaine pour affirmer que le face à face sujet/objet est une vieille lune et que nous en sommes quittes. On a pu certes échaffauder mille ruses pour sortir du face à face caricatural, force est de constater que nous y sommes toujours perdus. Sauf chez Augustin Berque, pour ne citer que lui, qui se sert de l'énergie créée à chaque rebond pour élaborer :

« Des matrices phénoménologiques (le schèmes de perception et d'interprétation du milieu) ne cessent ainsi d'engendrer des empreintes physiques (les modes d'aménagement du milieu) ; lesquels à leur tour, influencent ces matrices, et ainsi de suite. C'est en ce sens que le paysage peut se concevoir comme une empreinte-matrice. »[2]


Reste à trouver l'armature conceptuelle qui puisse nous permettre d'investir cet entre. Ce problème se pose de façon particulièrement vive aujourd'hui. Concernant le paysage et pour agrandir notre liste en cours, je parcourais récemment le résumé d'une thèse soutenue en 2013. Paysage de Saltus : réalités et représentations des espaces intermédiaires à l'époque actuelle de Caroline Cieslik. De l'intermédiaire, du non-ontologique, « c'est le propre de l'entre que de n'avoir rien en propre » déclarait François Jullien à la sortie de Vivre de paysage ou L'Impensé de la raison. Que dire aussi, dans un tout autre registre de ce qui sépare l'architecte de l'ingénieur, soit, la différence entre celui (ou celle) qui va échaffauder une esthétique et celui (ou celle) qui pense la faisabilité - souvent ultérieure - par le calcul ? Soit l'esthétique, soit la pure structure, il faut encore choisir. Ma copine vit ce partage en ce moment même, tandis qu'elle est stagiaire dans un important bureau belge. Après une semaine de travail, elle reconnaît devoir se former en conséquence, en reprennant des études d'ingénierie afin de ne pas juste être capable de dessiner, mais aussi de concevoir, c'est-à-dire de pratiquer dans la justesse architecturale, soit, investir cet autre entre : une esthétique et la série de conditions que lui imposera in fine l'ingénierie, mais aussi en retour, comment la rigueur du calcul peut travailler la plasticité d'une série de formes et de volumes. Sans transition dans notre liste, que dire, plus généralement encore, de l'Anthropocène ?

« (...) The Anthropocene represents a new phase in the history of both humankind and of the Earth, when natural forces and human forces became intertwined, so that the fate of one determines the fate of the other. Geologically, this is a remarkable episode in the history of this planet. »[3]


Nul besoin de traduire. Ce que j'ai souligné dans ce cours extrait, fait s'écrouler des pans entiers de notre pensée classique. Avec le dualisme classique nature/culture par exemple, où se tient la frontière ? Tient-elle ? Que contient-elle encore ? Notons que ce ne sont pas des poètes ou des philosophes qui en parlent. Non, miracle, ce sont des scientifiques, ceux qui font des sciences dures, exactes, naturelles, donc ceux que nous devrions toujours imiter, tels des modèles de raison et de pure connaissance. Ici c'est Paul Crutzen et ses collègues qui écrivent. Paul Crutzen est un chimiste qui partagea le Prix Nobel 1995, il est connu pour ses travaux en chimie atmosphérique. Je considère bien volontiers les derniers mots de leur article sus-cité, comme une « découverte philosophique négative ». En clair, un résultat des sciences nous oblige à repenser les réponses philosophiques que nous apportions à des problèmes eux-mêmes philosophiques. Avec l'Anthropocène, nous ne sommes plus face mais dans une réalité pour laquelle notre langage doit être reformulé. Suivons le fil de la raison :

« Est rationnel ce qui suit le fil des différentes raisons. »[4]

C'est là toute l'importance, je dois y revenir, de l'anthropologie des lignes de Tim Ingold. Elle permet la formation d'une connaissance au cours d'un ordonnancement progressif du réel, vécu pendant un déplacement. Pour le vivre, il faut pourtant se mettre en quête sans avoir pour but de capturer ce réel avec ce qu'il est en lui-même. Ses traits les plus vifs, ceux qui nous intéressent, s'offrent à nous au gré d'efforts parfois considérables tout autant physiques qu'intellectuels, mais la saisie souille ces traits, ce sont des affordances, c'est-à-dire des leviers de création - si nous savons toutefois en faire usage. En outre, l'excavation ne se fait que grâce à un ou plusieurs instruments, d'ailleurs spécifiquement conçus pour ne retenir qu'une valeur du réel, bien souvent celle qui va appuyer une théorie. Là, n'oublions pas que cette valeur qui nous intéresse jaillit parce qu'au préalable, nous avons construit un langage afin d'identifier la valeur de manière intelligible. Dans cet acte de transmission, je me souviendrai de cette séquence de la magnifique adaption de l'opéra d'Arnold Schönberg, Moïse et Aaron, par Straub et Huillet. Lorsque les tablettes des dix commandements sont transmises aux humains via Moïse aux humains, ces derniers de s'écrier avec effroi : « mais ce n'est pas le concept lui-même, c'est une image ! » (souvenir approximatif de la replique). Passage par la fiction, rigolons un peu. Puis n'oublions pas qu' « hélas (ou heureusement) nous ne pouvons faire sans les images, sans les intermédiaires, les médiateurs de toutes sortes et de toutes formes, parce que c’est notre seul accès à Dieu, à la Nature, à la Vérité et à la Science. »[5]

Nos instruments dirigent des énergies considérables vers une singularité, nous avons borné leur portée pour l'affichage d'un certain tracé à l'écran. En bout de chaîne, par suite, c'est l'alignement rétrospectif de ces interfaces qui ordonne et concrétise ce sur quoi on s'est longtemps appesanti, l'entre.

Faisons de l'entre, du non-ontologique, le milieu de notre pratique. Des opérations de rupture, abondamment critiquées aujourd'hui, reconnaissons que leur caractère hâtif nous a permis de construire une science, sans laquelle je ne saurais écrire ces traces électroniques, encore moins les partager, encore moins - encore - chercher. C'est dans de l'intermédiaire, du « trajectif »[6] que tout se joue et s'est toujours joué, c'est maintenant cet entre que nous devons arpenter.

Notes

[1] François Jullien, Vivre de paysage ou L'Impensé de la raison, Paris, 2014, p. 80.

[2] Augustin Berque, Médiance de milieux en paysage, Paris, 2000, p. 44

[3] Paul Crutzen, Will Steffen, Mark Williams, Jan Zalasiewicz, « The New World of the Anthropocene », Environmental Science and Technology, Vol. 44, n°7, 2010, p. 2231.

[4] Bruno Latour, Enquête sur les modes d'existence. Une anthropologie des Modernes, Paris, 2012, p. 59.

[5] Bruno Latour, Iconoclash, catalogue de l’exposition au ZKM, Karlsruhe, 2002, http://www.bruno-latour.fr/fr/node/64

[6] Augustin Berque, Etre humains sur la Terre. Principe d'éthique de l'écoumène, Paris, 1996, p. 90

Usure, degré et devenir

Je voudrais partager un court texte, celui-ci ne devait pas dépasser 2000 caractères. Il s'agit d'une proposition formulée pour le colloque international L'usure, excès d'usages et bénéfices de l'art qui se tient entre Bruxelles et Bordeaux. Une belle coïncidence puisque ce sont les deux villes de mes études !

Exposition collective à venir, à l'automne 2014 et à Bruxelles.

03-usure-degre-devenir.pdf